12ème FESTIVAL INTERNATIONAL DU CINÉMA DES PEUPLES ÂNÛÛ-RÛ ÂBORO
Du 16.10.18 au 18.10.18

ADCK-Centre culturel Tjibaou

Site internet
41 45 45

Soirée internationale


Mardi 16 octobre – 19h


Braguino



Clément Cogitore
France, Finlande, 2017, 49 min


Un village, au cœur de la forêt en Sibérie. Au milieu: une barrière sépare deux familles, les Braguine et les Kiline. Vivant reclus en autarcie au bout du monde, ils se sont brouillées, se haïssent et refusent depuis plusieurs années de se parler. Entre la peur des bêtes sauvages, du feu qui détruit tout, et la joie offerte par l’immensité de la forêt et de ses ressources, enfants et adultes tentent tant bien que mal de vivre ensemble : un projet politique à l’épreuve de la taïga.


Kalès



Laurent Van Lancker Belgique, 2017, 63 min


Polyphonie d’hommes, de récits et d’atmosphères de la "jungle" de Calais. Partageant le quotidien des migrants durant de nombreuses visites sur toute la durée de la jungle, le réalisateur propose un film à la fois politique et poétique, qui livre un regard intérieur et inhabituel sur la faculté d’adaptation et la vie sociale des migrants.


Soirée Pacifique


Mercredi 17 octobre – 19h


Ma’ohi Nui, au coeur de l’océan mon pays


Annick Ghijzelings
Belgique, 2017, 113 min


Tahiti, Polynésie française. Entre la piste de l’aéroport international et une petite colline de terre s’étend le quartier du Flamboyant. Ces quartiers sont les lieux que l’histoire coloniale française et les trente années d’essais nucléaires ont rempli d’un peuple aliéné, fatigué. À l’image de la radioactivité qu’on ne peut ni sentir, ni voir, mais qui persiste pour des centaines de milliers d’années, la contamination des esprits s’est lentement et durablement installée. Aujourd’hui le peuple Ma’ohi est un peuple qui a oublié sa langue, qui ignore son histoire et qui a perdu le lien à sa terre et son rapport au monde. Pourtant là, dans ce quartier de baraques colorées, quelque chose survit, quelque chose de ténu, d’enfui, de presque invisible, et qui résiste à la disparition.


Soirée calédonienne


Jeudi 18 octobre 19h


Au nom du père du fils et des esprits


Emmanuel Desbouiges, Dorothée Tromparent Nouvelle-Calédonie, 2017, 120 min


Un an après les Accords de Matignon, Jean-Marie Tjibaou était assassiné à Ouvéa. Vingt-neuf ans après ce drame, Emmanuel Tjibaou, l’un de ses fils, réinterroge le passé, son passé. Hanté par la mort de son père, il explore les archives, interroge ceux qui l’ont côtoyé et dévoile une part de ses souvenirs d’enfance.


 


 


 

Dates & horaires

  • Le 18/10/2018 de 19:00 à 21:00
Salle Sisia du centre culturel Tjibaou Rue des Accords de Matignon 98845 NOUMEA